Police de Sécurité du Quotidien

 
 
Police de Sécurité du Quotidien

Police de Sécurité du Quotidien : Catherine Séguin, préfète du Gers, consulte l'ensemble des partenaires de la sécurité du département

Présentée le 8 février dernier par Gerard Collomb, ministre de l'Intérieur, la mise en place de la Police de Sécurité du Quotidien est un engagement du Président de la République et constitue l’une des grandes réformes du quinquennat en matière de sécurité intérieure.

Avec la police de sécurité du quotidien, le gouvernement s’est engagé dans une évolution des missions de la police et de la gendarmerie, pour répondre à la première préoccupation des Français : la sécurité.

Il s’agit de redonner du sens à l’action policière de tous les jours, plus que jamais concentrée sur le service rendu à la population et la lutte contre la délinquance, en renforçant ses liens avec tous ses partenaires.

Dans ce cadre, Catherine Séguin, préfète du Gers, a réuni le 20 avril les nombreux partenaires des forces de sécurité (parlementaires, maires, organisations consulaires, représentants d’associations de quartier et de commerçants, des sociétés privées de sécurité...) pour présenter les projets de stratégies locales de sécurité pour le département et recueillir leurs propositions. Près de 70 personnes ont participé à cette rencontre.

Ces projets de stratégies locales de sécurité sont déclinés autour de quatre objectifs :

  1. Recentrer les policiers et les gendarmes sur leur coeur de métier (sécurité et lutte contre la délinquance) : renforcer la présence des effectifs sur la voie publique, répondre au besoin de sécurité au plus près des citoyens, des territoires et de leurs spécificités : élaboration et mise en oeuvre de contrats opérationnels par les compagnies de gendarmerie, engagement d’un groupe de sécurité de proximité sur le Grand Garros, recours à des référents de proximité...
  2. Développer davantage le contact avec la population, sous toutes ses formes, en recourant notamment aux outils numériques : usage des tablettes et smartphones NEO et NEOGEND, plus efficaces, permettant également une présence accrue sur la voie publique, diffusion de messages d'alerte et de prévention via les réseaux sociaux, brigade numérique...
  3. Améliorer la qualité de l’accueil et la prise en charge des victimes en commissariat et brigades, avec des moyens immobiliers restaurés, des équipements et matériels modernes et adaptés, et un engagement continu à l’exemplarité des policiers et gendarmes.
  4. Densifier et dynamiser les partenariats locaux au travers des dispositifs existants (Conseils locaux ou intercommunaux de sécurité et de prévention de la délinquance, animation partenariale du contrat de ville à Auch...), les conventions de coopération avec les polices municipales, les chartes de participation citoyenne, le déploiement de la video-protection de voie publique...

La qualité de ce partenariat est la clé de voûte de la Police de Sécurité du Quotidien dans le Gers où le niveau de sécurité, globalement satisfaisant, ne masque pas les évolutions de certaines formes de délinquance, en particulier les atteintes physiques aux personnes, parmi lesquelles les violences intrafamiliales, en augmentation, l’insécurité routière, avec des infractions croissantes liées à la consommation d’alcool et de stupéfiants, et les cambriolages.

Les participants à cette rencontre ont été invités à enrichir la réflexion conduite par les services de l’État, avant de finaliser le rapport de synthèse qui doit être adressé au ministre de l’intérieur pour le 15 mai.

La police de sécurité du quotidien dans le Gers, c'est l'ambition d'une police et d'une gendarmerie sur mesure, aux ambitions renouvelées, respectées, mieux connectées et plus partenariales.